LE SUICIDÉ

Une comédie de Nicolaï Erdman

le 16,17,19,21,22,24,25 à 19h00 ; le 18 et le 23 à 17h00.

Vous avez dit “ Comédie ” ?

« Russe » ?!

Qui s’intitule « Le Suicidé » ???

Alors ça, ça promet… !

Pas d'inquiétude : de revolver, il n’y en aura pas.

Il s’agit seulement d’un bon gros saucisson de foie.

Et tout commence une nuit, où ce goinfre grincheux de Sémione Sémionovitch, chômeur sans le sou, descend à la cuisine pour s’en fourrer un - de saucisson - discrètement, dans la bouche…

Un vaudeville à la russe.

Une enchaînée de tableaux fantasques et absurdes où la folie règne en maître.

Un joyeux bordel.

Un cabaret désuet.

Un manège qui déraille.

Un “Kusturica” avant l’heure, où la pauvreté engendre une abondance d’inventivité ; où le désespoir se transforme en élans héroïques (un peu foireux) ; où l’approche de la mort fait accroître l’amour de l’esprit.

Une ode à la vie, en somme.

 

ROMÉO ET JULIETTE

William Shakespeare

le 16,17,19,21,22,24,25 à 21h00 ; le 18 et le 23 à 19h00.

Vérone. Italie. Un été.

Deux familles ennemies s’affrontent sans relâche : les Montaigus dont fait partie le jeune Roméo, et les Capulets dont fait partie la jeune Juliette.

Évidemment, entre elle et lui, c’est le coup de foudre,

et leur amour impossible résonnera à jamais dans toutes les chansons,

dans tous les films,

dans tous les rêves d’amour qui suivront.

Roméo et Juliette, c’est le blockbuster du love.

La love-story ultime.

L’histoire d’amour des histoires d’amour.

Avec un balcon.

Un tombeau.

Un mariage.

Et cinq enterrements.

De la musique.

Des rires.

Des larmes.

Et une bonne grosse dose d’eau de rose comme on aime.

C’est l’été.

C’est l’Italie.

C’est la musique.

C’est l’amour.

 

CYRANO DE BERGERAC

Edmond Rostand

le 17 et le 24 à 17h00

Paris. 1897.

Première représentation de la pièce Cyrano de Bergerac, d’Edmond Rostand.

Ce soir-là, notre inégalable héros national est né.

Zizou.

Johnny.

Cyrano.

Même combat.

Entre amour et castagne,

c'est l'histoire d'un mythe au pif international,

qu'il s'agit de célébrer comme il se doit.

 

LES BRIGANDS

 

Friedrich Schiller

le 18 et le 23 à 21h00

Une épopée tragique.

Un trône usurpé.

La promesse d'un frère.

Des villes incendiées et des brigands tapis dans l'ombre des forêts.

Un Abel et Caïn,

où la trahison n'a de cesse de remonter à la surface,

où la liberté échoue là où l'homme la désire.

 

YVAIN !

le 17 et le 25 à 11h00 sur notre champ,

et le 19 dans la cour du Palais Synodal de Sens, à 11h00

Yvain est un jeune prince à côté de ses pompes, rêveur et relativement peureux.

Ses principales activités ?

Lire, parler aux oiseaux et cueillir des champignons.

Un jour il est chassé du royaume par son père, le roi,

qui ne le laissera pas revenir tant qu’il n’aura pas accompli une vraie mission de vrai chevalier.

À la manière de Shrek,

ce récit initiatique sous forme de road-trip médiéval reprend les codes du conte

et de l’ « histoire de chevalier »

pour questionner d’où l’on vient,

qui l’on est,

et ce que l’on devrait être.

Alternant récit, action et un certain penchant pour la comédie musicale, 

c'est un duo pour enfants de tous âges d'une durée de 45min.

 

ATELIERS DE LA GRANDE HÂTE

le 25 à 15h30

Pendant six jours, la troupe de la Grande Hâte ouvre ses portes et offre un stage aux jeunes des environs ! Pour clôturer en beauté, le jour de notre dernière, nous présenterons le fruit de notre travail !